« Passage2021 » : Une action artistique transfrontalière visant à susciter la réflexion  

Sarrebruck, Trèves, Schengen, Metz : 19 journées de voyage ont conduit le bateau-théâtre Maria-Helena à travers quatre villes et trois pays de la Grande Région. L’ancien cargo est désormais de retour à son port de départ. Initié par l’école supérieure de la musique Saar (HfM Saar), le projet « Passage2021 » s’est inscrit dans le cadre du programme Interreg NOE-NOAH co-financé par l’Union européenne.

QUAND LE NEUF RENCONTRE L’ANCIEN

Le concert « EN DUO & EN SOLO » a lancé le projet transfrontalier en fin d’après-midi du 18 juin à Sarrebruck. Au programme, des œuvres composées spécialement pour les concerts sur le bateau-théâtre, interprétées par les étudiants de la classe de composition du professeur Arnulf Herrmann de l’école supérieure de la musique Saar. Les solos et duos, certains enrichis par des composants électroniques, ont été présentés à l’intérieur du bateau à chacune des escales.

Lors de son séjour à Sarrebruck, puis à Trèves (les 24 et 25 juin) et Schengen (les 26 et 27 juin), le bateau-théâtre a invité le public à découvrir l’installation visuelle et sonore inédite “ISO 668”. Dans la matinée du 28 juin, le bateau-théâtre a finalement fait son entrée dans le petit port de Metz. Malgré un temps changeant, l’imposant cargo âgé de 110 ans a attiré de nombreux habitants et touristes. L’installation visuelle et sonore a plongé les visiteurs dans l’histoire du transport maritime de marchandises – commençant au tout début des systèmes de transport, en passant à la mise en réseau mondiale des marchandises aujourd’hui. De même qu’à Trèves et à Schengen, le concert “EN DUO & EN SOLO” a conclu le séjour du bateau-théâtre au port de Metz.

SUSCITER LA RÉFLEXION AVEC « ISO 668 »

« L’installation n’est pas destinée à être une exposition ordinaire ni à servir de simple instrument documentaire », indiquait Gary Berger, directeur artistique de l’installation et directeur du studio de musique électronique et expérimentale de la HfM Saar. Susciter des interrogations et amener les visiteurs à la réflexion, telle était l’intention derrière la création « ISO 668 ».

Plus de 6 000 porte-conteneurs circulent tous les jours sur les océans du monde. Dans les quelque 38 millions de conteneurs en acier, standardisés à l’échelle globale par la norme ISO 668, ils transportent nos biens de consommation. Le format ISO 668 avait remplacé dans les années 70 les systèmes de transport précédents et permis la mise en réseau mondiale des marchandises. Aujourd’hui, nos biens parcourent à faible coût de longues distances intercontinentales entre les lieux de production et les consommateurs.

UNE INSTALLATION SONORE ET VISUELLE INÉDITE

Les médias utilisés à l’intérieur de l’ancien cargo créaient un réseau à l’apparence automatisé. Ils rendaient visuellement et auditivement tangibles les structures de la circulation mondiale des marchandises : production, logistique et transport. Trois pistes vidéo projetées sur des plaques d’acier montraient des images issues de diverses phases et moments de la production, et du transport des produits. Sur le plan auditif, la paroi du bateau elle-même devenait une membrane à l’aide de transducteurs sonores intégrés à la structure.  

Trois bols remplis d’eau attiraient particulièrement l’attention des visiteurs. Voués à visualiser la stimulation acoustique, les bols traduisaient des sons en ondes visibles. « L’automatisation des processus de production et de chargement des marchandises se traduit dans cette installation par l’utilisation de petites machines autonomes, opérant chacune de manière individuelle », expliquait l’artiste.

ISO 668 a été réalisé par Gary Berger et Olivia Artner dans le studio de musique électronique et expérimentale à l’école supérieure de la musique Saar (HfM Saar).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *